Centre Missionnaire Sainte-Thérèse

 

 

« Je passerai mon ciel à faire du bien sur la terre...» Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus

LE PETIT JUIF

Il y en avait dedans, le petit! La globalisation n’était pas à la mode alors. C’était pour son peuple, le peuple d’Israël, le peuple choisi qu’il est venu. Et de ce petit, on parle encore aujourd’hui.

À bien y penser, merci Israël de ne pas l’avoir très bien reçu ; cela nous a permis, à nous les Gentils, d’entendre parler de Lui. Il a agrandi son peuple et nous avons la chance d’être adoptés. Les adultes conscients de leur grandeur définiront Noël comme la fête des enfants. Les adultes qui ont conservé leur cœur d’enfant ont la chance de comprendre le mystère de la Nativité. Il est grand l’adulte qui a conservé son cœur d’enfant.

Il a réveillé les bergers, cette nuit-là, avec les trompettes de ses anges à Bethléem. À l’autre bout du monde, avec l’étoile de Noël qu’il avait piquée dans son ciel, il a troublé des savants. Une jeune maman aux yeux radieux contemplait son petit alors que le papa ramassait brindilles et bouts de bois pour réchauffer un peu la place. Le silence baignait de mystère cette nuit-là; nuit que les calendriers ne manquent pas de signaler encore de nos jours plus de 2000 ans après.

Aurait-il choisi de naître pendant la nuit afin de se laisser chercher dans les ténèbres? Voulait-il laisser déjà présager que seuls les bons yeux le trouveraient? Que seuls ceux qui sortiraient de leur sommeil parviendraient à Lui ? Je ne le sais vraiment pas. Il est rempli de mystère, cet enfant qui veut changer le monde.

Mais changer le monde, ce n’est pas l’affaire d’un enfant. Aussi les grands se sont-ils méfiés. C’est nous qui pouvons changer le monde; les petits n’ont qu’à suivre et obéir. Il allait apporter une loi nouvelle, a-t-on dit. Surtout pas. Des lois on en a soupées. Nous ferons les lois qui nous plaisent. Avec Lui, on parle de ciel et de Dieu. Oh non! Maîtres chez-nous. N’allons surtout pas mêler Dieu à cela. Plus grand, il peut aussi bien revendiquer le titre de maître du ciel et de la terre. Accepter cela, ça voudrait peut-être dire qu’il nous faudrait obéir à Dieu ? Quelle affaire. Surtout qu’il semble vouloir apporter une loi nouvelle. Trop c’est trop.

Chose certaine, les visiteurs ont été peu nombreux. On nous parle des humbles bergers. Il y a probablement eu aussi des petits que les parents ont bien accepté d’accompagner. On ne laisse pas un enfant marcher seul dans la nuit. On parle aussi des Rois Mages. Ils se seraient achetés un cœur d’enfant en échange de leur or, de leur encens et de leur myrrhe.

Bien étrange histoire en effet.

Noël, fête pour les cœurs d’enfants? Probablement vrai car trop complexe pour les grands génies … Ouf! Nuit de rêve et de féeries que seuls les petits mômes peuvent savourer…encore aujourd’hui.

Fr. Clifford Cogger, capucin

ACTUALITÉS MISSIONNAIRES Cliquez ICI

UNE RÉFLEXION POUR VOUS...
PRÉSENTATION POWERPOINT
DIEU DANS SA VIE (27-03-15)